En tete 1
 

Saint Landelin priez pour nous

Un petit passage …

St Landelin

Maria Conchita Barnabes, était effectivement née dans le village voisin de Saint-Landelin, celui de Crèvechemin, et à ce titre, connaissait de longue date Zénobe Longuemèche. Ensembles, ils avaient usé leurs fonds de culottes sur les mêmes bancs de la communale, qui était, chose rare à l’époque, commune aux deux villages. Ils avaient chapardé des pommes vertes dans les mêmes prés, et avaient souffert des mêmes coliques. Ils avaient conjugué le verbe « flirter » essentiellement à la première personne du pluriel, montrant ainsi la parfaite maîtrise des langues française et portugaise réunies. Leurs chemins s’étaient ensuite séparés à la faculté, l’une préférant le droit, l’autre la gauche prolétarienne révolutionnaire. Maria Conchita avait été mariée. Elle était non seulement passée devant Monsieur le curé, mais aussi Monsieur le Maire. L’aventure s’était cependant très vite terminée. Son promis, pharmacien, laissait présager un avenir radieux. C’était un beau parti : la réunion du droit et de la médecine par pharmacien interposé. Les festivités s’éternisèrent, la nuit de noces, non. Au petit matin, l’apothicaire avait déjà fait ses valises. L’arrimage n’avait pas eu lieu, les deux vaisseaux étaient repartis chacun de leur côté, problème de compatibilité, manque de finesse, personne ne sut jamais pourquoi. Pour l’état civil, elle était restée « madame », mais pour les autres elle avait repris son nom de jeune fille, jeune fille qu’elle était très vraisemblablement restée.

Un polar à la "clochemerle"

Incendie moulin

 

 

C'est une histoire de meurtre...

Dans une commune fictive

(si si, je vous jure !)

Avec des personnages plus vrais que nature 

Ceux qui aiment peuvent toujours commander en ligne ou chez leur libraire

Couv stl

la presse en parle

presse
Critique
Bulletin mu
 
 
Vol03
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 09/04/2021